Blog

Bol réparé avec de l'or

Le Kintsugi

Le kintsugi (« jointure en or ») ou kintsukuroi (« réparation en or ») est une méthode japonaise de réparation des porcelaines ou céramiques brisées, au moyen de laque saupoudrée de poudre d’or.

Cette technique relève d’une philosophie dont l’intention est de prendre en compte le passé de l’objet, son histoire avec ses accidents éventuels.
Ainsi la casse d’un objet ne signifie aucunement sa fin ou sa mise au rebut mais bel et bien un renouveau, le début d’un autre cycle et une continuité dans son utilisation.
Ici, nulle raison de cacher les réparations, au contraire il s’agit de les mettre en avant, révélant ainsi la beauté des aléas de la vie et la capacité à renaitre.

L’art du Kintsugi est un symbole, une métaphore de la résilience souvent utilisée en psychologie, s’inscrivant dans un courant de pensées qui invite à reconnaître la beauté des choses simples, imparfaites et atypiques qui ont réussi à traverser le temps malgré certaines embûches qui les marquent à vie.

On ne dit pas que ça va être facile, on dit juste que ça en vaut la peine !

Pour la petite histoire, le Kintsugi serait apparu à la fin du XVe siècle, lorsque le shogun Ashikaga Yoshimasa a renvoyé en Chine un bol de thé chinois cassé dans le but de le faire réparer.
Le bol serait revenu avec de vilaines agrafes métalliques, c’est alors que les artisans japonais ont cherché un moyen de réparation plus esthétique : la poudre d’or.

Source Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Kintsugi

Les émotions

Cadre bois, fond liège, avec lettres majuscules qui écrivent EMOTIONS

L’accompagnement en hypnose thérapeutique fait essentiellement référence à vos émotions car une émotion est une réaction typique de votre inconscient face à une situation ou un contexte.
Du fait que cette réaction soit complètement inconsciente, elle est alors juste et bonne et en dit beaucoup sur la personne que vous êtes ou cherchez à être.

Qu’est-ce qu’une émotion ?

Une émotion est une réaction psychologique interne qui génère une réaction extérieure.
Elle est le résultat de la confrontation d’une personne, d’un état interne à une situation et de son interprétation de la réalité.
Chaque réaction est alors très personnelle, unique selon nos propres perceptions de la réalité, influencées par notre personnalité, notre tempérament, notre éducation, notre culture, nos expériences de vie, notre discours interne, … une émotion est donc une expérience totalement subjective !

Quelles sont nos émotions ?

Contrairement à ce que l’on peut croire, il n’existe que 6 émotions aussi appelées « émotions primaires » :
* la surprise,
* le dégoût,
* la colère,
* la tristesse,
* la peur,
* la joie.

Pictogrammes des 6 émotions primaires

Tout ce que vous pouvez ressentir d’autre et de différent est alors appelé « émotions secondaires » ou « mixtes » car elles seraient des mélanges des émotions « primaires ». Comme les couleurs !
Pour ma part, lors des séances d’hypnose en cabinet, j’aime parler de sentiments.

A quoi peuvent-elles bien servir ?

Vous l’aurez peut-être déjà compris, une émotion étant complètement inconsciente et subjective, elle est alors par définition « hors de contrôle », je suis donc au regret de vous annoncer qu’une émotion ne se gère pas !
Fort de ce constat, qu’est-il alors possible de faire pour mieux vivre avec ?
Et bien tout simplement, l’accueillir et la reconnaître en réussissant à être attentif et à l’écoute.

Une émotion est un peu comme un messager, là pour vous faire passer une information importante sur ce qui vient de se passer pour vous.
Refuser de l’écouter c’est un peu comme ignorer le courrier dans la boîte aux lettres ou laisser tous vos mails ou sms en « non-lu ».
Chaque message vous rapproche un peu de vos valeurs profondes, de vos mécanismes personnels.
Ainsi, non seulement vous parviendrez à vivre en harmonie avec elles et donc avec vous-même, et vous gagnerez également en confiance en vous et en estime de vous.

Emotions négatives ou émotions positives ?

Beaucoup de personnes arrivent au cabinet d’hypnose avec le souhait de réussir à gérer leurs émotions négatives voire parfois à les faire disparaître pour arrêter de les ressentir.
Je ne peux alors m’empêcher de tirer la sonnette d’alarme ⚠️
Imaginez quelqu’un qui n’a plus peur de rien ? Ou qui ne ressentirait aucune colère ?
Cette personne ne risquerait-elle pas de se mettre en danger sans en avoir conscience ? Ne prendrait-elle pas la vie avec désinvolture ou ne se laisserait-elle pas marcher dessus ?

De mon point de vue, il n’existe aucune émotion négative car elles ont toutes une utilité remarquable telle que :
* vous maintenir en sécurité : la peur incite à prendre des décisions pour assurer sa survie.
* vous permettre de vous respecter : la colère donne alors l’énergie nécessaire pour affirmer et faire respecter ses besoins. 
* vous faire prendre conscience d’une perte : la tristesse vous rapproche de la renaissance.
* vous montrer vos limites : le dégoût vous aide à identifier vos besoins.
En revanche, je vous l’accorde, il y a des émotions plus agréables à vivre que d’autres…😅

J’aime à penser que cet article vous aidera à vivre différemment avec vos émotions, et si besoin l’hypnothérapie peut vous y aider !
Prêt(e)s à essayer ?

Merci et à très bientôt.
Lauriane

Montre de poche dans le sable

La rentrée

Montre de poche dans du sable, à moitié recouverte

Certains l’attendent impatiemment alors que la plupart la redoute…et oui, il s’agit bien de la rentrée !
La rentrée tout comme le mois de Janvier, qui représente le début d’une nouvelle année, sont les 2 pics de stress que l’on rencontre au cours d’une année.

En effet, la rentrée est un moment important synonyme de reprise que ce soit école, travail, … mais aussi fin des vacances et de l’été !
En d’autres mots c’est comme si l’on disait « au revoir » à la belle période de l’été, sa luminosité, son soleil et sa température chaleureuse, pour dire « bonjour » à la période hivernale.
Et comme souvent, lorsqu’une fin annonce un début, elle le fait avec son lot d’interrogations, de remises en question, de bilan, …
La rentrée devient alors facilement source de stress et d’angoisses car elle est généralement soit appréhendée comme un nouveau départ soit comme un tournant capital.

La rentrée, un « stresseur »

Une femme avec 2 mains sur le visage et 2 mains sur la tête

Un « stresseur » est un événement qui provoque un changement d’équilibre et va donc mobiliser nos ressources afin de nous permettre une adaptation et un retour à l’équilibre.
Mais comment arrivons-nous à faire d’un événement un stresseur ?
Tout d’abord, les vacances ont-elles été réellement reposantes ?
Trop de vacanciers vivent leurs vacances sur le « même rythme effréné » que d’ordinaire en s’imposant beaucoup d’activités. Ils ne savent plus se détendre et ont parfois même l’impression de perdre leur temps lorsqu’ils le font.
Malheureusement ainsi, ni le corps ni le mental n’ont la possibilité de se déconnecter et de se reposer, ils abordent alors la rentrée dans un état de vulnérabilité.

Certaines personnes viennent au cabinet d’hypnose avant leurs vacances dans le but de s’y préparer et alors s’offrir la possibilité (pour ne pas dire le luxe) d’en profiter à fond !
Faire uniquement ce dont on a envie en parfaite adéquation avec qui on est, tentant non ?

Le stress en thérapie brève est souvent abordé en lien avec ce que l’on appelle aussi l’anticipation anxieuse.
En effet, le stress se crée lorsque l’on imagine ce qui va être, ce que l’on va retrouver et dont on se serait bien passé : tout ce que l’on n’a pas eu le temps de faire avant de partir, les problèmes mis entre parenthèses pendant les vacances mais pas effacés, et pour certains, la rentrée scolaire avec tout ce que cela implique comme nouveau rythme, nouvelle organisation et mise en place, …

Tout est normal, et si ça pouvait être mieux ?

Au vu de tout ça, rassurez-vous, ce stress est complètement normal !
Toutefois, qu’est-ce qui vous oblige à vivre avec ou à le retrouver chaque année ?

Voici une petite liste non-exhaustive de « conseils » pour réduire son stress :

  • se dire que cette angoisse est ok, ça rassure toujours de se savoir normal
  • se concentrer sur le positif, et oui la rentrée a aussi de bons côtés : retrouver son chez soi, ses bonnes habitudes, ses amis, …
  • prendre soin de soi à chaque occasion qui se présente, aussi furtive soit-elle comme un rayon de soleil à la terrasse d’un café
  • réadopter une bonne hygiène de vie : manger équilibrer, éviter la caféine ou tout autre excitant (tabac, …), faire du sport, pratiquer un loisir « plaisir », …
  • se rappeler que l’on arrive à surmonter ce stress tous les ans et que cette année ne fera pas exception à la règle !

Et si au contraire, cette année faisait exception et marquait même la fin d’un stress récurrent ?
L’hypnose pour le stress dans le cadre de l’hypnose thérapeutique est un moyen qui permet de vous en libérer en travaillant le stress à plusieurs niveaux, tous complémentaires :

  • apaiser les réactions du corps
  • arrêter l’anticipation anxieuse en vous reconnectant à l’essentiel : corps, moment présent, ressources internes, …
  • modifier les croyances que vous avez sur vous : « je suis d’une nature anxieuse », « je suis quelqu’un de stressé », « c’est comme ça », …
  • désapprendre que le stress est utile dans certaines situations et apprendre qu’autre chose peut l’être davantage

Libérez-vous !

Merci et à très bientôt.
Lauriane

6 astuces pour retrouver un équilibre alimentaire et émotionnel à la sortie du confinement !

Facebook Live Diététique & Hypnose

Laetitia et moi-même avons eu le plaisir d’animer un Facebook Live le samedi 6 juin 2020, sur l’équilibre alimentaire et émotionnel certainement perturbé voire mis à mal par le confinement.
Nous avons expliqué, selon nos expériences et retours professionnels, comment le déséquilibre a pu se créer puis quelles répercussions il a pu avoir et enfin nous avions concocté 6 conseils pour vous aider à retrouver progressivement le bon équilibre pour vous !
Pour tout ceux qui ont eu le sentiment d’avoir mal géré voire d’avoir totalement perdu le contrôle, commencez à le « reprendre » en lisant nos conseils 😉

La gestion du poids par l’hypnose

* Conseil n°1 : Se connecter à son corps pour être en état d’accueil de ses émotions et d’écoute de ses envies

Quand vous mangez, vous avez l’impression de nourrir et/ou de « soulager » votre ou vos émotion(s) sur l’instant, toutefois n’oubliez pas qu’avant toute chose vous nourrissez votre corps et que celui-ci n’a peut-être voire certainement pas besoin de cela, à ce moment-là, ou en cette quantité.

Le 1er conseil que l’on va donc vous donner aujourd’hui va être de vous accorder du temps pour vous connecter ou reconnecter à votre corps, reprendre conscience de son « existence », de sa place et surtout de son importance !
Pourquoi ? Parce qu’une fois que vous serez connectés, vous serez plus disponible et plus à l’écoute de ce qu’il vous dit à travers vos sensations et vos émotions.
En écoutant bien (et en étant honnête avec vous-même), que vous disent-elles vraiment ? Vous demandent-elles vraiment d’aller dans le placard ou dans le frigo ? Ne vous indiqueraient-elles pas simplement qu’il est temps de revenir ici et maintenant c’est-à-dire de sortir de votre schéma de pensées qui vous entraîne dans ce « cercle vicieux » ?

Ok mais comment ? Pour arriver à écouter, j’aime parler de réussir à se mettre en état d’accueil. Vos émotions ne sont pas des ennemies, accueillez-les, souhaitez-leur la bienvenue car elles ont des choses à vous dire !
Généralement il est plus facile d’atteindre cet état en s’isolant, certaines personnes vont rester chez elles, se mettre dans une position confortable, fermer les yeux pour se couper de l’extérieur et voire comme plus clair à l’intérieur, quand d’autres vont aller marcher car c’est au contact de la nature que l’intérieur s’éveille.
Une fois connecté, il vous reste à simplement tendre l’oreille.
Prenez le temps de tester ce qui vous est le plus agréable et efficace, et abusez-en car je vous garantie qu’il est plus agréable d’accueillir une émotion que de chercher à la contrôler ou à l’étouffer en la « gavant » !
Par définition une émotion ne se contrôle pas, elle se vit, elle s’écoute car si elle est là c’est pour une bonne raison, pour vous délivrer un message que vous avez tout à gagner en l’écoutant !

* Conseil n°2 : Se reconnecter aux sensations de faim et de satiété

La grande question à se poser avant de manger un aliment est la suivante :
* Est-ce que j’ai faim ?
* Est-ce que j’ai envie de manger cet aliment précis ou juste envie de manger quelque chose ?
On peut aussi essayer aussi d’évaluer le niveau de cette faim et de cette envie :
* Un peu ; moyennement ; beaucoup ?
Cela permet de savoir qui a « faim » : la tête ou le corps (besoins énergétiques).
* Qu’est ce qui va me faire plaisir ?
* Quels sont mes besoins ?

Le jour où l’on a très envie de quelque chose de spécifique, il faut « céder » et se laisser réconforter par cet aliment, en prenant son temps et en le dégustant en pleine conscience, notamment sans écran.
La culpabilité arrive souvent, cependant cela a peu d’intérêt et génère éventuellement un nouveau besoin de réconfort, qui peut se manifester sous la forme d’une nouvelle prise alimentaire.
Si l’envie est non spécifique, c’est-à-dire, on ouvre les placards ou le réfrigérateur, et on cherche quelque chose à manger, n’importe quoi, la réponse « alimentation » n’est pas la bonne réponse à cette problématique.
Il y a un autre besoin derrière, reste à chercher lequel ? Et quelle est l’émotion cachée derrière (peur, ennui, colère, …) ?

Si la prise de poids est limitée (2-3 kg), le poids peut revenir à son « poids d’équilibre » naturellement avec l’écoute des sensations alimentaires.
Une expérience à tenter par exemple est d’attendre d’avoir faim pour manger le matin. Cela permet de tester son propre corps et d’affiner les quantités d’aliments ingérées.

* Conseil n°3 : Proscrire, bannir les pensées et sentiments « négatifs »

Lorsque l’on mange pour faire taire ou soulager une émotion, le bénéfice se fait ressentir immédiatement, malheureusement il ne dure pas longtemps et cède généralement assez vite la place à des pensées et des sentiments « négatifs »  tels que de la culpabilité, de la honte, des pensées dévalorisantes de type « je suis nul(le) », « je suis incapable de me contrôler, de faire attention, de me retenir », « je suis faible », « je n’y arriverai jamais », … et dont vous avez absolument besoin de vous défaire, de les proscrire, de les bannir de votre vocabulaire !
Tout cela ne vous est d’aucune aide ou utilité car ce qui est fait est fait, vous ne pouvez pas revenir en arrière, vous avez mangé ce paquet de chips, ce saucisson, ce paquet de gâteau ou cette tablette de chocolat.
Vous dévaloriser ne vous fera pas éliminer les calories, au contraire cela viendra renforcer tout ce qui a fait que vous avez mangé cela.
Ainsi vous ne faites qu’amener de l’eau à votre moulin or ce moulin là vous avez besoin de le mettre à sec ou de le faire tourner dans l’autre sens selon les perceptions de chacun.

Pour y arriver, je vous invite à regarder la situation dans sa globalité et d’arrêter de vous focaliser sur votre alimentation. Vous avez vécu une situation inédite, délicate, perturbante et vous vous maintenez, vous adaptez, vous sauvez comme vous le pouvez avec les moyens dont vous disposez à l‘instant T.
Confinés chez nous pendant des semaines, la liste des solutions n’étaient pas si longue, à part le frigo, la télé, internet et 1h de sortie au grand air par jour, vous ne disposiez pas de grand chose !
Aujourd’hui les choses évoluent, le retour à la « normale » est certes progressif mais imminent, vous allez pouvoir passer à autre chose à votre rythme et pour cela, la meilleure chose à faire est d’accepter la façon dont vous avez réagit à tout ceci, qui était la meilleure à ce moment là car s’il y en avait eu une autre, meilleure, vous l’auriez faite !
Les mots d’ordre ici vont être « bienveillance » et « tolérance », soyez-le le plus possible envers vous-même, comme vous seriez pour vos proches ou pour n’importe quelle personne qui en aurait besoin.
Acceptez qu’à situation exceptionnelle, solutions exceptionnelles et qui dit exceptionnel dit aussi temporaire, rien n’est perdu, tout est à gagner et votre présence sur ce blog à lire cet article prouve bien que la démarche est déjà enclenchée !

* Conseil n°4 : Prendre du temps pour soi

L’idée est de prendre des petits moments de pause, soit un peu de sport à la maison, avec YouTube ou une autre application de sport par exemple, ou bien dehors, faire une activité que l’on aime et qui nous fait plaisir.
Ex : lecture, jardinage, méditation, …

Cela a directement un impact positif sur l’alimentation.
Ces activités génèrent de la détente et une réduction du stress, et donc moins d’envies de manger émotionnelles.

* Conseil n°5 : Reprendre le « contrôle » de ses pensées

Tout ce temps pour vous va vous permettre de vous reconnecter à votre corps comme nous vous le recommandons dès le 1er conseil, il va aussi et surtout vous aider à vous couper de toutes ces pensées « négatives » que vous avez pu avoir sur vous, sur la situation, etc.
Nos pensées…nous pensons souvent en être « esclave » parce qu’on ignore que l’on peut les contrôler et de ce fait on ignore encore plus comment.
Saviez-vous que 80% de nos pensées quotidiennes sont répétitives ? Ce qui veut dire qu’au court d’une journée vous pensez à 80% aux mêmes choses…c’est énorme !
Et quel dommage !

Comment mettre un terme à ces pensées ? Et bien tout simplement en leur disant « Non », en les refusant et en les remplaçant par des pensées « positives », et par positives j’entends des pensées qui vont vous permettre de vous sentir bien, d’avancer et non des pensées utopiques voire illusoires comme « Tout va bien », « Tout le monde est gentil », …, le but n’étant pas de troquer un problème pour un autre mais bien d’apporter une solution.

Réussir à contrôler ses pensées demande de l’entrainement car notre cerveau est un petit feignant 😀
Il est plus facile pour lui d’être négatif, il va donc falloir vous armer de patience, de volonté, de courage, de détermination ou que sais-je encore pour que cela finisse par devenir automatique et qu’un jour vous vous rendiez compte qu’il vous est difficile d’avoir une pensée négative.

Voici quelques petites astuces quotidiennes qui vont vous aider à renverser la vapeur :
* Tourner toutes vos phrases au positif
Ex : « Je ne veux plus avoir peur. » deviendra « Je veux être courageux ».
* Bannir de votre vocabulaire les formules comme « ne pas », « ne plus », « oui mais », « jamais », « toujours », …
* User et abuser des formules comme « je veux », « j’ai le droit », « je mérite », « je m’autorise », « j’ai envie », …
* Faire la liste de tout ce que vous voulez, ce dont vous avez envie et lire cette liste tous les matins au réveil pour vous donner de l’élan pour la journée
* Répéter cette liste 10, 20 fois par jour, pourquoi pas même la chanter !
* Lister au coucher 3 voire 5 choses positives qui vous soient arrivées dans la journée, les plus simples ! Ainsi vous vous coucherez sur de belles pensées laissant le loisir à votre cerveau de travailler dessus toute la nuit car c’est ainsi qu’il fonctionne.
Alors que vous dormez, lui continue de traiter les informations et va s’attarder sur les dernières reçues donc plus elles seront positives plus le travail de la nuit le sera aussi et plus vous vous réveillerez positif et positive le lendemain, prêt ou prête à démarrer une nouvelle belle journée.

* Conseil n°6 : Maintenir un bon sommeil

Dans l’idéal, il est nécessaire de maintenir ou retrouver un sommeil de qualité.
Quand nous dormons mal ou peu, nous mangeons davantage, et donc nous prenons du poids.
C’est notamment une question hormonale, un mauvais sommeil stimule la production de ghréline (hormone de la faim), et donc nous avons plus d’appétit.
Une petite sieste ou une pause de quelques minutes peut être bénéfique, au lieu de manger quelque chose, pour pouvoir recharger ses batteries et finir sa journée correctement.

En bref

La clé de votre équilibre va résider en votre capacité à vous recentrer, reconnecter à vous, vos besoins, vos envies et donc à votre corps.
N’oubliez pas qu’il est loin d’être votre ennemi, au contraire il est votre meilleur allié si vous lui laissez la possibilité de vous le montrer !

Sachez que toutes nos pensées ont des répercussions immédiates sur toutes les cellules de notre corps, plus vous serez ami avec lui, en lui envoyant le plus de pensées positives, plus il s’en portera bien et vous le ressentirez instantanément !
Prenez soin de vous !

Pour voir ou revoir le live

Merci et à très bientôt.
Lauriane

5 conseils pour sortir de confinement en toute sérénitude

Femme penchée sur une barrière, heureuse, libre

Facebook Live IntimiThé

J’ai eu l’honneur d’être l’invité de mon partenaire : Alexandre d’IntimiThé où nous vous avons fait part de nos conseils pour vous permettre de vivre le déconfinement en pleine sérénitude !
Je vous propose à travers cet article, de retrouver ces conseils issus d’une rencontre entre l’hypnose thérapeutique et les plantes.

* Conseil n°1 : Anticiper et se fixer des objectifs

Pour commencer, j’ai d’abord envie de vous poser cette question dont la réponse va orienter votre sortie : « Comment avez-vous envie de vivre après ce confinement ? »
C’est-à-dire dans quel état d’esprit aimeriez-vous être, que voulez-vous faire, comment allez-vous organiser vos journées ?
En répondant à ces questions vous allez anticiper votre sortie, lui donner une direction, un sens et lui poser un cadre. Tout ceci est rassurant !

Une fois que vous avez vos réponses, je vous invite à les découper en différents objectifs.
C’est comme si vous étiez en voiture, vous avez entré la direction dans le GPS et maintenant il faut mettre le moteur en route pour avancer, suivre la voie, et avoir des objectifs va être comme avoir du carburant.

Attention ! Un bon objectif, pour vous garantir la réussite, doit être :
* atteignable : viser haut oui si vous le souhaitez mais avancer petit et ainsi éviter le découragement ;
* clairs et précis ;
* formulé de façon positive ;
* dépendant uniquement de vous.
Et comment faire ? 2 possibilités :
* fixer des objectifs à moyens ou longs termes puis définir les étapes par lesquelles vous allez avoir besoin de passer pour y arriver ;
ou
* choisir des objectifs à court terme que vous pouvez déterminer la veille pour le lendemain voire même au réveil et qui vous donneront une direction pour la journée.
Vous aurez peut-être envie d’aller de plus en plus loin au fil des jours, d’amplifier les beaux résultats de la veille et au final de passer à l’étape supérieure.

Entrez dans cette nouvelle période de sortie de confinement avec des objectifs va vous apporter de la motivation, de l’envie et la réussite appelle la réussite, plus vous atteindrez vos objectifs plus vous serez déterminé à atteindre les suivants, et peut-être même que vous aurez envie de vous challenger avec de nouveaux objectifs, de nouvelles envies risquent aussi d’apparaître au fur et à mesure de vos succès.

* Conseil n°2 : Intégrer des plantes à votre quotidien

Les plantes ont des pouvoirs naturels incroyables, peut-être parfois sous-estimer ou peu connus toutefois je vous garantie qu’Alexandre est un expert dans ce domaine et a les plantes dont nous avons besoin :
* La Camomille : apaisante, elle permet d’être mieux disposé à la détente et à la relaxation.
* Le ginkgo biloba : idéal pour stimuler et augmenter la concentration.
Retrouvez toutes ses plantes bien-être ici.

* Conseil n°3 : Trouver le bon rythme avec le bon équilibre social

Vous l’attendez depuis plus de 60 jours, vous pouvez enfin sortir et retrouver en partie votre liberté d’avant.
Certaines personnes sont ravies voire même euphoriques et pour d’autres il y a de l’appréhension parfois même de la peur.
Pourquoi ? Parce qu’on ne retrouve pas sa vie d’avant directement, ce qui veut dire que nous devons encore nous confronter à une nouvelle façon de vivre, trouver un nouvel équilibre et un nouveau rythme.

Une fois de plus vous n’avez pas d’autre choix que de vous adapter, vous ne décidez pas que cela change encore mais vous pouvez décider de comment, du rythme que vous voulez avoir et ça dès aujourd’hui !

Lorsque vous ne pouvez pas contrôler ce qui se passe, mettez-vous au défi de contrôler la façon dont vous réagissez à ce qui se passe.
C’est là que se trouve le pouvoir.

Demandez-vous quelle place vous allez donner au travail, à la famille, aux amis retrouvés, … ?
J’aimerais attirer votre attention sur cette dernière catégorie : les amis.
L’homme est un animal social, par définition fait pour vivre en groupe, il évolue et s’épanouie au contact des autres, nous sommes donc fait pour vivre en communauté alors ne sous-estimer pas le pouvoir de vos amis et retournez à cette vie sociale de bon cœur.
Oui ça ne sera toujours pas comme avant, pas de contact physique, toutefois vous pourrez toujours vous voir, vous écouter, vous parler et surtout vous ressentir.
N’oubliez pas que notre corps est une source d’énergie avec des circuits électriques et que tout ceci circule entre les gens même sans contact, alors allez puiser et partagez.
Osez peut-être même parler de vos ressentis entre vous, entendez-vous, accueillez-vous. Soyez dans cette intention de partage, d’échanges, de confiance et vous en récolterez les fruits rapidement et au centuple.

* Conseil n°4 : Accepter le virus

Je sais que ce conseil n’est pas le plus simple et pourtant c’est le plus puissant.
Je travaille beaucoup en développement personnel, et l’on parle souvent du pouvoir, de la puissance de l’acceptation. S’il y a une chose à apprendre et à maîtriser dans votre vie c’est bien celle-là.

Nous subissons tous cette situation, à aucun moment nous n’avons choisit de laisser ce virus entrer dans nos vies et pourtant aujourd’hui il est bien là et visiblement nous allons être amenés à vivre avec lui encore un bon moment.
Alors quoi ? Vous allez lutter contre pendant des jours, des semaines, des mois, vous épuiser, gâcher votre énergie pour quelque chose que vous ne pouvez ni maitriser ni changer ?
Ce n’est pas vivable alors pour ne pas tomber dans un cercle vicieux et anxiogène, vous devez permettre à votre cortex cérébral d’avoir à nouveau accès à l’information « rationnelle ».

Donnez moi le courage de changer ce qui peut l’être, la sérénité d’accepter ce qui ne peut être changé et la sagesse de distinguer l‘un de l’autre.

Marc Aurèle

* Conseil n°5 : Privilégier les moments de détente et positiver

Nous vous invitons à 2 petits rituels du soir :
* 1er : partagez une boisson chaude comme des infusions aux fruits. Accordez-vous une pause douceur avec vos proches et offrez-vous ainsi un moment plaisir, réchauffant et réconfortant.
* 2ème : faites une liste, juste avant de vous coucher, d’au moins 3 (voire 5) choses positives qui vous soient arrivées dans la journée, celles qui vous ont fait du bien, qui ont réussi à dessiner un sourire sur votre visage et qui le ramène encore juste en y repensant.
Vous verrez que vous n’avez pas besoin de chercher des choses « folles », qu’au contraire se sont souvent les choses les plus simples qui sont les meilleures.
Vous constaterez ainsi que malgré toute cette situation, la vie vous offre encore de bons et beaux moments.

Aller se coucher sur de belles pensées laisse le loisir à votre cerveau de travailler dessus toute la nuit, et oui c’est ainsi qu’il fonctionne.
Alors que vous dormez, lui continue de traiter les informations de la journée et il va s’attarder sur les dernières reçues donc plus elles seront positives plus le travail de la nuit le sera aussi et plus vous vous réveillerez positif ou positive le lendemain, prêt ou prête à démarrer une nouvelle belle journée.

Nous vous proposons des rituels pour le soir toutefois les rituels sont très bénéfiques car rassurant et sécurisant, nous vous conseillons donc de vous en trouver d’autres pour les différents moments de la journée, de la semaine (par exemple le rituel du dimanche), du mois (une sortie mensuelle par exemple), et vous pouvez en imaginer pleins d’autres.

En d’autres termes…

La clé de votre sérénité réside en votre capacité à reprendre le pouvoir là où vous en avez !
Puis, créez un cadre sécurisant et rassurant, adapté à vos besoins et envies, en parfaite adéquation avec vos valeurs, car même si la solution, le rythme, le pouvoir du voisin va peut-être vous faire envie, il y a de fortes chances pour qu’il ne vous corresponde pas, alors prenez le temps de vous retrouver avec vous–même pour élaborer une stratégie, VOTRE stratégie.
Ressentez comme elle vous prend au ventre, vous donne des frissons ou se manifeste d’une toute autre façon dans votre corps, et peu importe ce sera positif et fort, et là vous saurez que vous êtes au bon endroit avec les bonnes solutions 😉

Voir ou revoir le live

Merci et à très bientôt.
Lauriane

5 astuces pour contrer les effets de l’isolement liés au confinement du Coronavirus

Corona Covid-19

Depuis mardi 17 mars 2020 midi, nous sommes en confinement à domicile suite à l’épidémie du coronavirus qui sévit dans le monde aujourd’hui.
Cette mesure bien que nécessaire et indispensable à notre santé n’est pas sans conséquence sur notre état psychologique.
Nos chercheurs se sont d’ailleurs penchés sur le sujet il y a déjà longtemps notamment lors de l’épidémie H1N1.
Je voulais au travers de cet article vous présenter des brides de ce qu’ils ont pu constater et commencer à vous apporter quelques solutions et astuces afin que vous puissiez éviter ou conjurer certains symptômes.

L’isolement, résultat du confinement

Homme seul assis à sa fenêtre

Tout d’abord, un confinement nous demande de nous isoler mais comment  allons-nous vivre cet isolement ?
Définit comme « Tout individu séparé de gré ou de force du reste de son environnement habituel », il peut dans un 1er temps perturber mais sans forcément créer de gros désagréments émotionnels.

En revanche dès lors qu’il excède 10 jours, se prolonge par rapport à la durée initialement prévue ou encore n’a pas réellement de durée définie, il peut entraîner une authentique souffrance mentale pouvant aller jusqu’à la dépression.
Certaines personnes atteindront l’état dépressif quand pour d’autres il s’agira peut-être de symptômes tels que l’anxiété, le stress, l’ennui, l’irritabilité, l’hypersensibilité ou l’insomnie, la boulimie, la perte d’appétit, …
Ceux-ci peuvent être accompagnés de comportements inhabituels voire inappropriés comme des compulsions ou bien des addictions (nourriture, alcool, écrans, jeux vidéos, …).

Le choc

Tous ces symptômes peuvent équivaloir à un stress post-traumatique.
Les scientifiques ont remarqué que l’annonce d’un confinement, d’un isolement peut être vécu comme un choc et en avoir les mêmes répercussions.
Il peut également réveiller d’anciens souvenirs comme l’annonce d’une maladie, d’un décès ou de tout autre événement choquant.
C’est à cet instant là que notre inconscient réagit comme il le peut avec les informations dont il dispose.
La plupart d’entre nous va avoir tendance à faire des associations, des liens entre plusieurs événements différents ayant comme point commun un choc, et celui-ci va être l’élément déclencheur, réveiller à l’intérieur toutes les sensations connues et déjà vécues s’y rattachant.

Le changement

Là où « la pilule » est encore plus dure à avaler pour nous aujourd’hui, c’est que cet isolement nous est imposé ! Alors certes pour de bonnes raisons, là n’est pas la question, mais dépourvu de notre capacité et liberté de décision, que nous reste-t-il ?
La colère ? La tristesse ? Le déni ?
Ce serait malhonnête de ma part de vous dire que non mais il nous reste également d’autres belles choses, et entre autre le lâcher-prise et l’acceptation, 2 mots que l’on retrouve souvent lors d’un accompagnement en hypnose thérapeutique !
Oui encore eux 😀 mais laissez moi vous exposer le fond de ma pensée.

Le lâcher-prise car tout ce qui se passe en ce moment ne dépend absolument pas de vous. Lutter contre reviendrait à vous battre contre des moulins à vents, à espérer voir la neige tenir sous un soleil de plomb.
Soyez comme le roseau qui plie sous la tempête, une fois celle-ci passée il reprend sa place.
Ainsi vous ne gaspillez pas votre énergie à tenter de résister à quelque chose de plus fort que vous. Gardez toute cette énergie pour vous et vos proches.
Et lâcher-prise ne signifie aucunement que vous baissé les bras, cédé ou encore abandonné, mais simplement que vous CHOISISSEZ de raisonner et de faire ce qui est le mieux, le plus sage pour vous à cet instant.

L’acceptation viendra toute seule dès que vous aurez commencé à desserrer l’étau autour de votre état émotionnel.
Desserrer comme pour ouvrir et laisser passer la lumière et l’air, comme pour libérer votre poitrine et retrouver une capacité respiratoire confortable (n’oubliez pas que la respiration est la base de votre bien-être, c’est elle qui permet l’oxygénation et la synchronisation de tout votre corps avec votre cerveau).

Les astuces et l’hypnose

Ma pratique de l’hypnose ericksonienne, notamment dans le domaine du développement personnel et de la gestion des émotions et comportements, me confère une certaine expérience et expertise pour vous apporter mon aide et mon soutien afin d’améliorer votre quotidien.
Et oui, car dans ces moments là c’est tout notre quotidien qui est chamboulé, nous faisant perdre nos repères et parfois de fait notre confiance en nous, et dans ce cas précis de confinement pour cause d’épidémie de coronavirus, nous faire peur d’être infecté, d’infecter les autres et surtout nos proches.
Pour éviter tous ces désagréments et l’apparition des symptômes évoqués plus haut, ou pour les faire disparaître s’ils sont déjà là, voilà quelques conseils et astuces à utiliser sans modération !

Ampoule avec faisceaux lumineux

* Astuce n°1 : Du rythme

Avant le confinement votre vie était bien rodée, rythmée par vos occupations professionnelles et personnelles, il est donc primordial de trouver un nouveau rythme, adapté à cette situation exceptionnelle.
Le bon rythme est celui qui vous permettra de vous lever le matin prêt à vivre cette journée et non de la subir.
Ce rythme vous garantit une bonne hygiène de vie, gardez votre routine de lever, de coucher, de toilette même si vous ne sortez pas et ne voyez personne ou que votre conjoint(e) et/ou enfant(s).

* Astuce n°2 : Des objectifs

Le meilleur moyen de bien vivre ce confinement est de lui donner un but, une direction.
Pour cela je vous invite à vous faire une liste d’objectifs, une To Do List, par jour, par semaine ou sur toute la durée du confinement afin que vous puissiez ressentir et voir ce qu’il vous aura apporté et permis.
Attention ! Veillez à définir des objectifs justes c’est-à-dire des objectifs atteignables selon vos ressources, quelles soient internes ou matérielles, et le temps imparti.
Inutile de mettre la barre trop haute au risque de vous frustrer voire même d’avoir l’effet inverse en vous démoralisant. Misez sur la réussite, la satisfaction et certainement même sur la fierté qui vont en découler.

* Astuce n°3 : De la positivité

Arrêtez les informations en continu. Oui il est important de se tenir au courant de ce qu’il se passe mais cela ne signifie pas avoir la télévision ou la radio allumée toute la journée et écouter en boucle les nouvelles plutôt moroses du monde extérieur.
Préférez choisir 3 ou 4 sources d’informations fiables, en lesquelles vous avez confiance et consultez les 1 fois par jour, ce sera amplement suffisant.

Ensuite, je suis sûre qu’il y a peu vous disiez manquer de temps, non ? Et bien aujourd’hui vous en disposez, qu’allez-vous en faire ?
Et si vous en profitiez pour faire toutes ces choses que vous repoussez depuis des semaines voire des mois ?
Et si vous faisiez enfin cette partie de cartes, ce jeu de société avec votre enfant ?
Et si vous lisiez enfin ce livre que vous avez eu à Noël et que vous n’avez toujours pas ouvert ?
Et si vous vous lanciez dans le fameux et habituel ménage de printemps qui fait du bien au moral car il a l’avantage de faire de la place dans la maison et dans votre esprit ?
Et si vous preniez simplement du temps pour vous, pour vous bichonner ?

Enfin et surtout, arrêtez de laisser votre cerveau aux commandes.
Eckhart TOLLE nous informe dans son livre « Le Moment Présent » que 80 à 90% de nos pensées sont répétitives, inutiles, négatives et dysfonctionnelles.
Il nous apprend aussi que nous pouvons les contrôler et je vous confirme que c’est vrai ! Je vous invite donc simplement à essayer de dire STOP, NON, VA-T-EN à la prochaine pensée négative qui vous arrivera et à la remplacer par une pensée positive.
Répétez cet exercice à chaque fois qu’il le sera nécessaire et regardez comme le cours de vos pensées évolue.

* Astuce n°4 : Des émotions

Vous allez être sujet à diverses émotions, il se peut même que vous en éprouviez des nouvelles, et contrairement à ce que l’on pense elles sont toutes positives car toutes légitimes.
Alors pourquoi ne pas profiter de ce temps pour accueillir ces émotions, apprendre à les connaître et à les reconnaître et peut-être même finir par les apprivoiser et vivre en harmonie avec elle ?
La grande majorité de mes séances d’hypnose sont axées sur les émotions car la plupart des gens ne sait pas ou ne comprend pas pourquoi elles sont là.
Je prends donc très régulièrement le temps de leur expliquer que toute émotion se manifeste pour nous délivrer un message, mais souvent trop occupés à vouloir nous en débarrasser le plus vite possible car elle nous ralentit dans ce que nous étions en train de faire, nous luttons contre au lieu de prendre quelques instants pour tendre l’oreille et l’écouter. Et oui car ce qu’ils ignorent aussi souvent, c’est qu’une fois le message passé l’émotion s’apaise puis disparaît.
Et si vous preniez le temps de tenter l’expérience et de vous écouter ?

* Astuce n°5 : Du contact avec l’extérieur

Il nous arrive de critiquer les nouvelles technologies car si elles nous apportent du confort dans certains domaines, à d’autres moments elles peuvent nous éloigner de nos valeurs et de nos modes de fonctionnement.
Toutefois aujourd’hui, elles sont un atout indiscutable : un œil sur le monde extérieur, un moyen de contrer l’éloignement !
En effet, grâce à certaines applications vous pourrez garder un contact visuel avec vos proches même loin et séparés d’eux, ce qui remontera facilement le moral de chacun car quel plaisir de voir ses parents, grands-parents, amis, … tout sourire devant la caméra.
Les réseaux sociaux vous permettront de vous divertir grâce aux nombreuses vidéos et textes humoristiques qui circulent actuellement.
Ils pourront également vous permettre d’intégrer des groupes de paroles ou de soutien lorsque le moral a un petit coup de mou, ces échanges pourront agir comme un ressort pour repartir de plus belle.

J’espère que cet article vous a plu et vous aura apporté de l’aide.
De mon côté j’ai pris un réel plaisir à l’écrire car au-delà du contenu informatif c’est aussi un moyen pour vous de découvrir ou redécouvrir cette discipline que j’affectionne tant : l’hypnose, thérapie brève.
En effet, chaque séance d’hypnose ressemble à cet article, un état des lieux de la situation, de votre état émotionnel, puis nous en recherchons la cause, l’élément déclencheur qu’il soit soudain, récent ou alors plus discret et ancien.
Ensuite nous prenons le temps de trouver LA solution, celle qui sera la plus adaptée et respectueuse de la personne que vous êtes, de vos valeurs, de votre identité et de celle que vous voulez être à la fin de la séance.

Je suis plus que jamais à votre disposition pour en discuter, n’hésitez pas à laisser un commentaire ou encore à me contacter si vous le souhaitez.

Avant de vous laisser, je voudrais juste vous soumettre une dernière idée 😉

Ce confinement n’est-il pas la pause dont tout le monde avait besoin ?
La terre n’en pouvait plus et ce confinement lui apporte ce qu’elle désirait et méritait tant, il suffit de regarder la nature reprendre vie là où l’exploitation humaine a été contrainte de s’arrêter.

Et si nous aussi nous avions besoin d’une pause ?
N’oubliez pas que nous sommes tous des êtres vivants, connectés les uns aux autres, à la terre et que les besoins des uns deviennent ceux des autres comme des électrons qui communiquent entre eux et évoluent les uns avec les autres.

Merci beaucoup et à très bientôt !
Lauriane

Le Passé

Le passé, un temps révolu, qui a été, qui n’est plus et dont il ne reste que des souvenirs.
Dit comme ça, aucune raison d’avoir « peur », n’est-ce pas ?
Pourtant la plupart du temps lorsque nous évoquons notre passé, nous ressentons en nous de multiples sentiments, comme de l’amertume, de l’inquiétude et parfois de la nostalgie. Rares sont ceux qui s’enthousiasment et sourient, vous savez ce petit sourire qui dit « Quel bon temps ! ».
Qu’est-ce qui nous en empêche ? Pas toujours simple de le savoir, cela se transforme d’ailleurs souvent en objectif de séance d’hypnose thérapeutique.

Le passé fait-il de nous qui nous sommes aujourd’hui ?

Cette question en revanche peut faire peur car si sa réponse est « oui », sommes-nous condamnés à être toujours la même personne, à répéter les mêmes choses, à vivre dans la mémoire des événements passés en cherchant sans cesse à reproduire ce qui a été de plus merveilleux tout en évitant à tout prix les coups durs ?
Et sommes-nous alors dans l’impossibilité de nous réinventer à notre guise lorsque de nouveaux événements nous arrivent ?

Et si la réponse est « non », qui sommes-nous, d’où venons-nous, quelle est notre histoire ?
Comment construire notre identité ? Que savons-nous, quels sont nos apprentissages ?

La réponse pourrait simplement être oui et non 😀
Nous le savons bien, rien n’est toujours tout blanc ou tout noir dans la vie et c’est ce qui fait son charme, alors pourquoi ne pas jouer avec les nuances, s’amuser à mettre de la couleur pour lui donner un sens, une direction et surtout une destination ?

Et oui, le passé, c’est douloureux. Mais à mon sens on peut soit le fuir soit tout en apprendre.

Rafiki – Le Roi Lion

Le passé n’est ni le présent, ni le futur

Dans les schémas « classiques » du temps que nous élaborons en séance d’hypnose, nous spatialisons notre passé derrière nous, notre présent sous nos pieds et notre futur face à nous.
Ainsi le passé n’empiète ni sur le présent ni sur le futur alors qu’est-ce qui nous pousse à nous retourner sans cesse ? Avons-nous vraiment besoin de cela pour connaître notre passé ou même le voir et le sentir ?

Finalement n’est-il pas simplement une mémoire, une histoire, qui peu importe où nous nous trouvons, dans quelle direction nous regardons, sera toujours à l’intérieur de nous ou tout du moins près de nous, qu’on le veuille ou non ?
Sur ce fait nous n’avons pas le choix, toutefois là où nous avons la liberté d’agir c’est dans ce que nous en faisons.
L’important est la façon dont nous nous le rappelons, racontons, pensons.
Préférons-nous en faire un frein, un obstacle, un boulet à notre pied qui nous empêche d’avancer comme nous le voulons ? Ou le transformer en tremplin, en moteur, en quelque chose de plus grand encore capable de nous élever au rang de nous, de MOI dans toute son entièreté ?

De la sorte nous choisissons de rester libre de nous redéfinir, de nous réinventer à notre manière au gré des événements présents et en vue des événements futurs.

Ne sois jamais prisonnier de ton passé. C’était une leçon, pas une sentence.

Le passé pour avancer !

J’aime à penser que nous avons un devoir de mémoire quant à notre passé, notre histoire car s’il ne nous définit pas totalement, il y contribue et sans lui nous ne serions pas tout à fait la même personne aujourd’hui.

Avant d’être notre passé, il a été l’espace d’un instant « maintenant », « aujourd’hui », « présent » et peut-être même a-t-il été avant cela « avenir », « futur », « projet ».
Alors pourquoi ne pas garder de lui une considération à la hauteur de ce qu’il a été, est ou aurait dû être dans nos rêves les plus fous car il a le mérite d’avoir été.

Allons de l’avant avec lui et non contre lui !
Laissons lui sa juste place, celle qui nous permet de grandir, d’apprendre, de nous construire et aussi à notre moi présent, à nos projets et nos rêves de se révéler, d’être tout simplement.

Ne regarde pas en arrière, ce n’est pas là que tu vas.

Merci et à très bientôt.
Lauriane

La Peur

3 squelettes en noir et blanc, l'un se bouche les oreilles, l'autre se masque la bouche et le dernier se cache les yeux
La peur est là, elle existe, entendez-la, parlez-lui et regardez-la !

La peur, pour ou contre ?

C’est étrange comme par moment (à Halloween par exemple) nous aimons nous faire peur, créer une peur pour s’amuser, se divertir, ressentir des sensations différentes voire inhabituelles et de constater à quel point on se sent étonnamment bien, ou peut-être même plus vivant que d’ordinaire.

Et comme à d’autres moments, quand cette peur arrive d’elle-même, toute seule et sans crier « gare », notre 1er réflexe est souvent de la rejeter, de l’ignorer en évitant d’y penser ou en regardant ailleurs.
En bref de faire comme si elle n’était pas là avec certainement l’espoir illusoire qu’elle se dise :
« Mince on ne m’a pas vu alors je m’en vais. »

Croyez-vous vraiment que vous arrivez à la berner aussi facilement ?
Evidement non et s’il nous arrive parfois de croire que oui, ce n’est qu’une impression de courte durée.

En effet, nous sommes loin de mesurer toute son obstination car voilà ce qu’elle se dit vraiment :
« Mince on ne m’a pas vu, ni entendu et pourtant c’est important ce que j’ai à dire, je dois absolument délivrer mon message ! Ce n’est pas grave je vais trouver un moyen plus efficace et je reviendrai plus tard. »

Il n’est donc pas rare, pour ne pas dire systématique, que cette peur revienne encore et encore, à chaque fois un peu plus forte que la fois précédente et qu’elle finisse par créer un véritable mal-être ou « mal-aise » voire même une phobie.

Tout ce que vous désirez se trouve de l’autre côté de la peur.

Je vote pour !

Alors comment arrivons-nous à aimer regarder la peur en face à un instant, et à détourner le regard celui d’après ?
Quelle différence faisons-nous ?
Elle semble évidente mais vous êtes-vous déjà demandé s’il y en avait vraiment une en fin de compte ?

Selon moi, cette peur nous est utile quoi qu’il se passe, c’est d’ailleurs ce que nous constatons très souvent en séance d’hypnose, tout ce que met en place notre inconscient à son utilité et sa raison d’être.
Et si vous finissiez par la considérer comme telle, aussi efficace et magnanime dans le 2ème cas que dans le 1er ?
Vous seriez étonné de tout ce que cela pourrait vous apporter, du bien que cela pourrait vous procurer car finalement, aussi bizarre et fou que cela puisse être, cette peur est la vôtre !
C’est une partie de vous, une manifestation inconsciente qui a quelque chose à vous dire, qui existe bel et bien et qui n’est là que dans votre intérêt et non pour vous desservir !

Alors oui, il est vrai que ce n’est pas si facile de regarder sa peur en face, parce qu’affronter sa peur ça fout la trouille !
Et si avant même de rassembler tout votre courage, vous tentiez une 1ère approche et commenciez simplement par dire « Merci » ?
Merci d’être là, merci de me soutenir, merci d’essayer encore et encore, merci de ne pas me laisser tomber par exemple.

Et vous ?

Une fois de plus, je vous le concède ça n’est pas facile, pas agréable, pas tout ce que vous voulez, toutefois si je peux vous garantir quelque chose c’est que de soutenir le regard quand vous avez peur, ça fonctionne !
Offrez-vous la liberté de vivre pleinement, de vous sentir bien, en harmonie avec toutes vos émotions et avec vous-même.
L’hypnose ericksonienne est un bel outil pour vous aider et vous apprendre à y parvenir.

J’espère que ce texte vous aura parlé, ou inspiré, ou tout du moins interrogé et incité à porter une attention différente et particulière à tout ce qui se passe à l’intérieur de vous.

Maintenant c’est à moi de vous dire « Merci » pour cette lecture !

Merci et à très bientôt.
Lauriane